Où allez-vous loger durant vos études ? Dans un kot ? Pas nécessairement !  Car si vous souhaitez faire davantage que manger, dormir et étudier dans votre chambre ou votre studio, vous pouvez envisager d’autres options. Un choix social pour les uns, une considération financière pour les autres.

Cohabitation

Pour vous, le contact social est plus important que votre indépendance et vous souhaitez partager davantage qu’un couloir, une cuisine et une salle de bains ? La cohabitation(ou « cohousing » en anglais) est faite pour vous. Certains sites sont spécialisés dans la publication d’annonces proposant de partager une habitation. C’est le cas de https://www.habitat-groupe.be/, par exemple. Ces annonces peuvent émaner d’étudiants à la recherche d’un bien à partager ou d’autres qui disposent de places encore libres.

Bon à savoir : La cohabitation est souvent une solution plus sociale et moins coûteuse qu’un kot indépendant. Mais veillez à prendre des accords clairs sur le début et la fin de votre contrat de location, votre loyer, les assurances éventuelles, etc.

Kot-sitting

Vous misez sur la plus-value sociale ? Alors pourquoi ne pas vivre avec des personnes auxquelles vous offrez davantage qu’une contribution financière ? Il existe des initiatives spéciales pour cohabiter avec des personnes âgées ou moins-valides, ou des (jeunes) familles, auxquelles vous pourrez rendre différents services. Cette option est aussi appelée ‘habitat intergénérationnel’.

Tout comme pour les autres cohabitations, certains sites web sont spécialisés dans cette formule et se chargent de vous mettre en contact avec les seniors, les moins-valides ou les familles chez qui une chambre est disponible. Le kot-sitting est très populaire à Bruxelles (voir graphique), où un kot ‘ordinaire’ peut coûter facilement 500 € par mois. Pour en savoir plus, vous pouvez vous rendre sur le site 1 toit, 2 âges et consulter toutes leurs informations pratiques sur ce concept. Vous envisagez étudier dans une autre ville? Demandez davantage d’informations sur ce type d’habitation auprès de la ville ou de l’école de votre choix.

Bon à savoir : aux Pays-Bas et au Danemark, des initiatives spéciales ont été prises, dans le cadre desquelles les étudiants habitent dans des maisons de retraite ou des centres de réfugiés (par exemple dans la Jongerenhuis Eindhoven) en échange d’un faible loyer et de bénévolat. Le Danemark va encore plus loin en faisant cohabiter des étudiants avec des ex-prisonniers. Selon les Danois, ce système favorise la réintégration des prisonniers et peut être particulièrement intéressant pour les étudiants en criminologie, par exemple.

Kot à construire

Vous avez un peu d’épargne ? Suivez l’exemple de Christopher Cerk et construisez votre propre kot. L’étudiant américain payait 700 € de loyer mensuel et a calculé que la construction de son propre kot serait déjà avantageuse au bout de deux ans. Son kot a toutefois un look & feel particulier. C’est un chalet sur roulettes … Un Belge s’est également lancé dans le même type de projets. Découvrez la Tiny House Belgium, une  initiative de Louis, 18 ans, de Maldegem.

Mais plus concrètement, si vos parents disposent d’une épargne suffisante et peuvent vous donner un petit coup de pouce, il pourrait être intéressant d’envisager d’acheter un kot, un appartement ou une maison, en guise d’investissement pour l’avenir. Découvrez tout sur l’achat de votre première habitation. Vous souhaitez épargner encore un peu pour faciliter l’obtention d’un prêt immobilier ? Découvrez tous les détails sur la gestion de votre budget d’étudiant.