Au secours ! Comment s’assurer comme conducteur débutant quand on n’a ni l’expérience ni trop de moyens ? Benoît Mievis, Product Manager Assurances Protect chez BNP Paribas Fortis, vous donne quelques pistes.

Comment se faire accepter par une compagnie d’assurance ?

Benoît : « Face au manque d’expérience, les compagnies d’assurances hésitent souvent à couvrir les jeunes conducteurs. Les critères d’acceptation et de tarification des assurances auto prennent en compte différents éléments parmi lesquels, l’âge du client, le code postal, l’expérience de conduite, le nombre de sinistres en tort et même en droit, et la puissance du véhicule. C’est pourquoi, en premier lieu, l’on pourrait conseiller à un jeune conducteur de conduire un véhicule d’occasion, pas trop cher et adapté à son manque d’expérience, c’est-à-dire dont la cylindrée et surtout la puissance en kW sont faibles. Si, en plus, vous pouvez faire valoir des éléments convaincants, tels un cours de maîtrise automobile ou une expérience de conduite de quelques années, l’absence de condamnation pour excès de vitesse ou de retrait du permis de conduire, vous présentez un profil plus « responsable » qui pourrait influencer favorablement la compagnie d’assurance. »

Expérience requise : comment faire si on n’a jamais eu d’assurance auto ?

Benoît : « La solution est de se faire enregistrer sous le contrat de vos parents comme conducteur habituel. Cela vous permettra de justifier d’une première expérience de conduite lorsque vous posséderez votre propre véhicule. Après quelques années, à condition que vous n’ayez pas eu d’accident , c’est un argument de poids pour négocier avec la compagnie d’assurance. Sur notre échelle bonus-malus, un jeune conducteur qui assure une voiture en usage privé débute normalement au degré bonus-malus 11. Or, pour chaque année sans sinistre, on a une descente inconditionnelle de 1 degré par an. Si vous pouvez justifier d’une expérience de conduite, 5 ans par exemple, vous pourriez donc prétendre à un degré 6 sur l’échelle. Et votre prime serait adaptée en conséquence. »

Y a-t-il une surprime si je suis mentionné comme autre conducteur sous le contrat de mes parents ?

Benoît : « Le contrat de vos parents va subir une petite augmentation de la prime, de l’ordre de 10 %, durant la période au cours de laquelle vous êtes inscrit sous leur assurance. Ce qui leur évite, en cas de sinistre en tort dont vous seriez le responsable, un recours de 250 EUR contre le preneur d’assurance. »

Et si je faisais assurer ma voiture par mes parents ?

Benoît : « Mauvaise idée ! Le fait de rouler avec un véhicule assuré par vos parents alors que vous en êtes le conducteur principal est considéré comme une fausse déclaration à la souscription. L’assureur pourrait invoquer la nullité du contrat. en cas de débours, la compagnie se retournerait ensuite contre le preneur, à savoir vos parents. »

Aucune compagnie ne veut m’assurer ou le tarif est impayable. Que faire ?

Benoît : « Sous certaines conditions, vous pouvez vous adresser au Bureau de Tarification RC Auto. Il vous faudra rassembler 1 refus ou 1 prime trop élévée de 3 compagnies d’assurances. Est considérée comme trop élevée la prime qui est au moins supérieure à cinq fois la prime la plus basse proposée par cette même compagnie pour couvrir un conducteur au meilleur risque (par exemple, selon les critères définis par la compagnie, un conducteur d'âge mûr, habitant à la campagne au degré bonus-malus le plus faible).Chaque assureur vous confirmera par écrit que sa proposition de prix est supérieure au seuil légal.   Comptez toutefois que le montant de la prime avoisinera les  1.000 €. »